Aller directement au contenu

Dark Patterns, des pièges pour l’UX Design

12/12/2023
0

Dark patterns en UX designDark Patterns—Olga Lysenkova—Dribbble

Les Dark Patterns tendent des pièges aux utilisateurs, pour les attirer vers une conversion ou ajouter à leurs achats. Mais attention, ils recèlent aussi des pièges pour les entreprises attirées par l’appât du gain. Si certains Dark Patterns sont tolérés, d’autres pratiques sont répréhensibles et aujourd’hui encadrées par des lois.

Toute la lumière sur les Dark Patterns

Le néologisme Dark Pattern a été forgé en 2010 par Harry Brignull, spécialiste de l’UI Design, pendant l’essor du commerce électronique en ligne, on parle aussi de « Deceptive Design » ou d’interface truquée en français.

Qu’est-ce que les Dark Patterns ?

Les Dark Patterns sont des interactions UX/UI trompeuses, conçues pour induire en erreur ou tromper directement les utilisateurs. Ce but est bien évidemment mercantile, il s’agit de :

  • générer davantage de ventes ;
  • de faire acheter des produits (assurances, dons) supplémentaires ;
  • obtenir plus d’abonnements, etc.

Le but est d’optimiser des objectifs de transactions en manipulant les utilisateurs. C’est une chose relativement simple à organiser pour un UX Designer bien formé. Mais, faut-il le faire ?

Dark Patterns, définition

Une Dark Pattern ou interface truquée est destinée à manipuler les utilisateurs d’un site Internet dans le but de leur faire accomplir une action non voulue, ceci à travers des astuces ergonomiques ou des biais cognitifs.

Les exemples de Dark Patterns sont nombreux et tout le monde en a déjà rencontré.

  • options présélectionnées ;
  • informations dissimulées ;
  • mélange d’informations contradictoires.
  • Formulation complexe ;
  • produits ajoutés par défaut…

L’astuce consiste à tromper volontairement (ergonomie) l’utilisateur ou à perturber sa compréhension (biais cognitifs).

Les 12 Dark Patterns les plus utilisés

Brignull en avait listé 11 en 2010 :

  1. Bait and Switch
  2. Disguised Ads
  3. Forced Continuity
  4. Friend Spam
  5. Hidden Costs
  6. Misdirection
  7. Price Comparison Prevention
  8. Privacy Zuckering
  9. Roach Motel
  10. Sneak into Basket
  11. Trick Questions

Un petit dernier a été ajouté depuis :

  1. Confirmshaming

Bait and Switch—Appât et substitution

Le fait d’être trompé par l’apparence d’un bouton ou d’une image ou par une invitation. Vous avez cliqué sur le bouton rouge barré d’un « X » pensant fermer une fenêtre, il fallait cliquer sur le vert marqué d’un « 0 ». Dans une liste, vous cliquez sur une image correspondant au produit que vous cherchez, c’est une pub qui vous entraîne ailleurs…

Disguised Ads—Publicités déguisées

Vous utilisez une appli en ligne et croyant à une fonctionnalité vous voilà devant une pub. Tout avait pourtant l’aspect que vous connaissez.

Forced Continuity—Forcé à continuer

C’est gratuit, mais pour continuer, il faut entrer un numéro de carte de crédit ! Effectivement, c’est gratuit, mais ce n’est pas intéressant. Vous oubliez le site jusqu’à voir votre compte débité d’un abonnement. Ce Dark Pattern est présenté comme un service par les plateformes de streaming qui objectent que ça ne crée pas d’interruption dans l’abonnement. Et pour cause…

Friend Spam — Le coup des amis

Le classique des réseaux sociaux, après la proposition : « retrouvez des amis ! » apparaît : « … [le site] souhaite accéder à votre carnet d’adresses ». Votre carnet d’adresses complet contre l’accès à une nouvelle page ou à un service gratuit…

Hidden Costs — Les coûts cachés

Vous êtes en train de finaliser votre paiement et vous n’avez pas remarqué les cases précochées pour une assurance ou des frais de service inclus. « Enter » ! Trop tard, le prix a doublé !

Misdirection — La mauvaise direction

Un Dark Pattern pur UX, votre attention est attirée par une chose pour en cacher une autre. Vous voulez annuler votre enregistrement, mais c’était tout en bas de la page qu’il fallait aller et non cliquer au milieu pour être redirigé sur le site que vous n’arrivez pas à quitter définitivement.

Price Comparison Prevention — Attention à la comparaison des prix

Vous avez le choix entre la version simple, normale ou premium, les services afférents sont bien mis en évidence, MAIS… Il manque des informations sur les prix.

Privacy Zuckering – Le courtage des données privées

Du nom du fondateur de Facebook, c’est tout un environnement sous-tendu par des demandes qui vous amènent à partager de plein gré vos informations confidentielles. Avec le courtage de données, vous acceptez des conditions qui permettent aux entreprises de vendre les données qu’elles collectent sur vous. C’est le fondement économique de Facebook.

Roach Motel — Le piège à cafards

Du nom du produit américain anti-cafard, le « motel à cafards » permet aux utilisateurs de faire quelque chose de facile, comme s’inscrire à un compte. Mais se désinscrire demande des heures de recherches.

Sneak into Basket—Se faufiler dans le panier

Vérifiez votre panier avant de passer à la caisse, en faisant votre shopping vous avez acheté un marteau et une paire de tenailles avec vos clous. C’était proposé avec, mais vous n’avez pas vu que c’était plus qu’une proposition. Le “sneak into basket” existe aujourd’hui le plus souvent sous forme d’un service déguisé.

Trick Questions — Les questions pièges

Voulez-vous aider les enfants qui ont faim dans le monde ? Vous répondez oui et vous choisissez de donner 10 €, mais c’était par mois, et ce qui était une bonne action volontaire devient un casse-tête pour arrêter le paiement. Le temps de trouver le moment et d’avoir la patience de vous désinscrire, ça vous aura coûté 30€ ! Donald Trump a utilisé ce Dark Pattern pour sa campagne électorale, la case précochée indiquait un don récurrent.

Confirmeshaming — faire un choix honteux

Ce Dark Pattern fonctionne comme une double contrainte absurde. Vous achetez pour la première fois sur un site de commerce en ligne qui vous offre soit une réduction en échange de votre adresse électronique, soit de cliquer sur une option qui annonce : « Non merci, je n’aime pas économiser de l’argent ».

Le Bait and Switch typique qui se décline sous de nombreuses formes

Le Bait and Switch typique qui se décline sous de nombreuses formes — source Crobox

Pour l’utilisateur prudent, il est préférable de passer pour un imbécile par un robot que d’être pris pour un pigeon par une entreprise ! Mais, certaines de ces pratiques ont donné lieu à des procès retentissants. 

Les Dark Patterns face à la loi

Le Dark Pattern “Friend Spam” a été utilisé de manière très médiatisée par LinkedIn. Lorsque quelqu’un s’inscrivait sur LinkedIn, le site envoyait des invitations à tous les contacts des nouveaux utilisateurs et les nouveaux utilisateurs n’avaient pas la possibilité de se désinscrire. Un procès en action collective (class action) a contraint LinkedIn à payer une amende de 13 millions de dollars pour sa pratique trompeuse.

La législation sur ces pratiques est loin d’être la même dans tous les pays. Les différences de traitement sont importantes, y compris au sein de l’Union européenne.

Dark Patterns, ce que dit la CNIL

Les Dark Patterns ont deux principaux objectifs : ponctionner des données utilisables ou de l’argent et ceci en contournant l’acceptation de l’utilisateur.

Le RGPD (règlement général sur la protection des données) règne sur la protection des données. La règle qui prévaut est que l’utilisateur d’Internet ne peut livrer ses données personnelles à un site que si ce dernier s’engage à ne pas les utiliser hors du champ de ce qu’il propose clairement à l’utilisateur. Pour cela, le caractère univoque du consentement de l’utilisateur doit être clairement défini, par le cheminement comme par les messages et alertes qu’il reçoit (consentement aux cookies, par exemple).

« La Commission [CNIL] rappelle qu’afin que le consentement soit éclairé, l’utilisateur doit pouvoir identifier le ou les responsables ainsi que l’ensemble des responsables conjoints des traitements, avant d’être mis en mesure d’exprimer son choix. Ainsi, la liste exhaustive et à jour de ces entités doit être rendue accessible de façon simple aux utilisateurs. »

« La Commission souligne que, conformément à l’article 4 (11) du RGPD, le consentement doit se manifester par le biais d’une action positive de la personne préalablement informée des conséquences de son choix et disposant des moyens de l’exprimer. » (Délibération n° 2020-091 du 17 septembre 2020)

Le consentement n’est pas un détail en matière d’UX Design

En effet, au regard de la loi française et européenne, naviguer sur un site Web ou utiliser une application ne constitue pas une action positive claire assimilable à un consentement valable. En clair, ce n’est pas parce qu’on visite un site et qu’on en fait défiler les pages qu’on accepte tout ce qui en découle.

« La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a jugé dans sa décision Planet 49 du 1er octobre 2019 (CJUE, 1er oct. 2019, C-673/17) que l’utilisation de cases précochées ne peut être considérée comme un acte positif clair visant à donner son consentement. »

C’est très clair, en l’absence de consentement dûment exprimé par un acte positif clair, l’utilisateur est considéré comme ayant refusé l’accès à son terminal ou à l’inscription d’informations dans celui-ci.

How to Permanently Delete Your Amazon Account—Techboomers—YouTube

Une vidéo qui montre le long et difficile parcours pour clore un compte Amazon

Dark Pattern et personnes en situation de handicap

Les Dark Patterns peuvent avoir un impact particulièrement néfaste sur les personnes en situation de handicap, car elles peuvent rendre l’expérience en ligne plus difficile, voire impossible, à certains utilisateurs.

Les personnes ayant des handicaps visuels, par exemple, peuvent rencontrer des difficultés à naviguer sur un site web si celui-ci utilise des Dark Patterns telles que des publicités déguisées en liens ou des boutons d’option présélectionnés qui ne sont pas évidents pour les logiciels d’assistance ou les lecteurs d’écran.

De même, les personnes ayant des handicaps cognitifs peuvent être particulièrement vulnérables aux Dark Patterns qui les manipulent en modifiant la mise en page, le langage ou les couleurs de manière à induire en erreur ou à les pousser à prendre des décisions contraires à leurs intérêts.

En conséquence, les Dark Patterns peuvent aggraver les barrières auxquelles sont déjà confrontées les personnes handicapées dans leur utilisation des technologies numériques, les isolant davantage et limitant leur accès à des services et à des informations essentiels.

Normes WCAG, RGAA* et Dark Patterns, attention aux gendarmes !

En intégrant des Dark Patterns, les concepteurs et les développeurs risquent de compromettre l’accessibilité de leur site web, ce qui contrevient aux principes fondamentaux de l’inclusion numérique défendus par les normes WCAG et RGAA.

En effet, ces pratiques trompeuses peuvent rendre les sites web moins accessibles, voire dangereux pour certaines personnes handicapées ou psychologiquement fragiles en introduisant des obstacles supplémentaires qui contreviennent aux exigences d’accessibilité.

* Les normes WCAG (Web Content Accessibility Guidelines—référentiel international) et RGAA (Référentiel Général d’Accessibilité pour les Administrations – référentiel français) sont des références essentielles pour garantir l’accessibilité des contenus pour les personnes ayant des handicaps visuels, auditifs, moteurs, cognitifs, ainsi que d’autres types de handicaps.

Les Dark Patterns ne sont donc plus de simples pressions persuasives, mais deviennent potentiellement dangereuses dès lors qu’elles atteignent à des utilisateurs en situation de handicap. C’est la raison pour laquelle des organismes de surveillance et de régulation ont été créés.

Dark Patterns et responsabilités de l’UX Design

La création de Dark Patterns n’est pas une pratique éthique et les UX Designers doivent être responsables de leurs actions et s’efforcer de créer de la transparence avec les utilisateurs au lieu de les manipuler.

Si la transparence est au cœur de l’UX, elle ne ressurgit pas sur tous les sites. Alors, que se passe-t-il ?

Pourquoi les entreprises utilisent-elles quand même des Dark Patterns ?

Le raisonnement des responsables est simple : ça fonctionne et ça rapporte. Donc, tant qu’on ne se fait pas prendre, c’est possible. C’est la raison pour laquelle les Dark Patterns sont essentiellement l’apanage des sites au trafic très important.

Dark Patterns ou deceptive Design. . .  Jusqu’où ne pas aller trop loin ?

En théorie, le travail d’un concepteur UX est de défendre l’utilisateur, en créant des interfaces qui lui permettent de naviguer de manière agréable en toute confiance. Mais, il faut parfois dire oui aux patrons. Alors, pour évangéliser un UX Design éthique, il peut être bon de rappeler que l’on parle également de Deceptive Design pour désigner ces interfaces truquées.

Lorsqu’en 2016 Microsoft a eu l’idée saugrenue de cacher une mise à jour de Windows dans un leurre pour forcer l’upgrade, la réaction de ses utilisateurs a été très négative.

Il y a aujourd’hui une maturité généralisée qui ne permet plus de faire n’importe quoi, surtout lorsqu’on est un acteur important. Pour des sites de moindre importance, leur survie peut se jouer sur ce type de transgression éthique.

Dark Patterns: User Interfaces Designed to Trick People—Harry Brignull – YouTube

En conclusion, utiliser un Dark Pattern dans la création d’une interface revient à prendre le risque de perdre la confiance des utilisateurs. Ce qui est l’exact contraire du travail d’un UX/UI Designer.

Bibliographie

Deceptive Patterns: Exposing the Tricks Tech Companies Use to Control YouDeceptive Patterns: Exposing the Tricks Tech Companies Use to Control You – juillet 2023

Édition en Anglais — Harry Brignull

Entrez dans le monde obscur des Dark Patterns et découvrez comment les entreprises en ligne exploitent les consommateurs au moyen d’astuces et de pièges soigneusement conçus. Dans ce livre qui ouvre les yeux, Harry Brignull dévoile comment ces techniques fonctionnent et pourquoi elles sont utilisées, en nommant et en dénonçant au passage de nombreuses marques connues. Les réglementations évoluent rapidement et nous assistons à une forte augmentation de l’application de la loi. Mais cela suffit-il à protéger les consommateurs ?

 

 

 

Livre “UX Design et Ergonomie des interfaces”Notre guide de référence : UX Design et ergonomie des interfaces de Jean-François Nogier — 7e édition, Dunod

Pour garantir le succès d’une application, celle-ci doit non seulement être utile, mais également facile à utiliser. C’est la raison pour laquelle l’UX Design est devenu une étape incontournable dans la conception des produits numériques.

Cet ouvrage de référence s’adresse à tous les professionnels impliqués dans la conception et le développement d’applications. Depuis sa première édition en 2001, il a été lu, relu, exploité et utilisé par de très nombreux chefs de projet, développeurs et concepteurs d’interface. Conçu de manière pragmatique, il présente une méthode claire et efficace pour « penser UX Design » et vous aidez à trouver des solutions pour vos projets.

À travers de nombreux exemples, vous y découvrirez des réponses aux questions que vous vous posez au fur et à mesure de la réalisation de vos applications, depuis le ciblage des utilisateurs, jusqu’aux choix graphiques, en passant par la conception du système de navigation et des éléments d’interaction.

Cette 7e édition apporte une actualisation en profondeur du chapitre sur les méthodes de conception des interfaces (chapitre 7).

Lire aussi dans le blog :

Voir aussi :

Commentaire