Aller directement au contenu

Tri de cartes : l’architecture de l’information construite par les utilisateurs

16/01/2015
1

Tri par cartes ou comment construire l’architecture de l’information

 

En ergonomie, le tri par cartes ou tri de cartes (Card sorting en anglais) est une des méthodes utilisées pour construire une architecture de l’information en impliquant les utilisateurs finaux.

L’architecture de l’information est une problématique essentielle lorsque l’on débute la conception ou la refonte d’un site web ou d’une application. Elle a pour but de catégoriser le contenu d’un produit selon une structure cohérente, compréhensible rapidement par les utilisateurs finaux.

Tri par cartes

Le contenu de l’application ou du site web est matérialisé sur des cartes

Le tri par cartes est une méthode :

  • Facile à mettre en place
  • Peu coûteuse
  • Bien comprise par les utilisateurs
  • Qui leur permet de s’exprimer sur les regroupements des informations.

Dans cet article, nous présentons le principe standard du tri par cartes, ainsi que le déroulement d’une séance de tri chez Usabilis.

Qu’est-ce que le Tri par cartes ou Card Sorting ?

D’après notre livre UX Design et ergonomie des interfaces :

« L’architecture de l’information correspond à cette étape de la conception où le contenu de l’interface est structuré et hiérarchisé en différents groupes d’information »

L’objectif lorsque l’on travaille sur l’architecture de l’information est de proposer la manière dont les informations et les fonctionnalités de l’application vont être organisées pour qu’elles correspondent à la logique d’utilisation des utilisateurs. Le but est de faire en sorte que les utilisateurs accèdent facilement aux contenus de l’application à travers une organisation et des libellés compréhensibles de tous.

Voici à quoi ressemble la méthode du Tri par cartes :

Le tri par cartes ou Card Sorting permet d’identifier la manière dont l’utilisateur final structure les informations d’une application informatique ou d’un site web. C’est un moyen de construire une interface utilisateur adaptée dans son langage comme dans son contenu. Les participants pourront être les utilisateurs cibles ou les utilisateurs réels. Cette co-conception avec les représentants réels finaux se justifie pour la création d’une application professionnelle ou d’un intranet par exemple.

Définition et origine de la méthode du Tri de cartes

Le Card Sorting a été inventé par des chercheurs en sciences cognitives. En psychologie cognitive, par exemple, le Wisconsing Card Sorting Test est utilisé depuis 1946 pour identifier des troubles cognitifs. Le principe est le même, à savoir trier, classer, regrouper et nommer des cartes afin de comprendre le raisonnement du participant.

En français, Card sorting se traduit littéralement par tri de cartes ou par cartes. Appliqué à l’ergonomie informatique et à l’UX Design, la méthodologie du tri par cartes permet une optimisation de l’architecture de l’information, car l’architecture résultante correspond à la représentation mentale des utilisateurs finaux. Par définition, le tri de cartes va aider à structurer et hiérarchiser le contenu de l’interface de manière à correspondre aux attentes des utilisateurs cibles.

Lors de la conception ergonomique du site web ou de l’application, selon les objectifs de l’étude, cette méthode de recherche débouchera sur des analyses quantitatives et qualitatives. Le tri de cartes peut aussi être utilisé pour évaluer ou repenser un système existant. Facile à utiliser, ce classement de cartes peut se faire avec un support physique ou à distance (informatisé).

Etat de l’art en matière de “Card sorting” en … 2010 par Christian Bastien qui présente ici ce qu’est un Tri ouvert, Tri fermé, Tri à en ligne, Tri “in situ”… Flashback.

Mettre en œuvre un atelier tri de cartes physique ou en ligne

L’organisation traditionnelle du tri par cartes, avec un support physique, est généralement recommandée. Cette stratégie présente plusieurs bénéfices :

  • Les interactions et discussions sont de meilleurs outils d’idéation
  • La session est plus ludique et augmente l’implication des participants
  • Certains utilisateurs peuvent être moins à l’aise avec les technologies numériques

Cependant, d’une part les logiciels de tris de cartes permettent de s’adresser à un vaste échantillon de participants et d’obtenir davantage d’informations. D’autre part, l’aspect logistique est moins complexe. Enfin, il existe énormément d’outils informatiques de tris, gratuits ou payants.

Par ailleurs, en 2006, sortait une étude comparative entre tri de cartes papier et en ligne, menée par Stefano Bussolon, Fabio Del Missier et Barbara Russi. Intitulée Online card sorting: as good as the paper version (« Tri par cartes en ligne : aussi bon que la version papier »). La conclusion soulignait l’absence de différences significatives entre les deux procédés.

Exemple de tri de cartes en ligne :

La décision devra surtout se faire en fonction de l’objectif de l’étude, du temps dont disposent les concepteurs, du budget et de la quantité de données à analyser.

La méthode du tri par cartes

La méthode du tri par cartes se décompose en 3 étapes :

  • Avant de débuter une séance de tri par cartes, l’ergonome réalise l’inventaire de l’ensemble des fonctionnalités et contenus de l’application. Chacune de ces fonctionnalités est reportée sur une « carte ». Les cartes peuvent être représentées sur un support papier ou saisies sur un outil de tri par cartes en ligne (par exemple OptimalSort ou ConceptCodify).
  • L’ensemble de ces cartes est présenté aux utilisateurs. Il leur est alors demandé de regrouper les différentes cartes en groupes cohérents selon leur point de vue.
  • À l’issue de la séance, les résultats sont analysés par l’ergonome, soit « manuellement » soit en utilisant les instruments d’aide à l’analyse fournis par les outils en ligne.

Exemple d’analyse d’OptimalSort

Exemple d’analyse d’OptimalSort : la matrice de similarité qui présente dans un tableau le nombre de fois qu’une carte est triée avec une autre

Exemple d’analyse d’OptimalSort : le dendogramme

Exemple d’analyse d’OptimalSort : le dendogramme qui montre quelles cartes ont été le plus souvent triées ensemble

Les atouts de la méthode du tri par cartes

  • C’est la méthode la plus utilisée en architecture de l’information.
  • Elle permet aux utilisateurs de s’exprimer sur la manière dont ils comprennent et regroupent les informations. L’ergonome en charge de la conception de l’interface profite alors de l’expertise métier des utilisateurs.
  • Les libellés des niveaux de navigation et des rubriques sont choisis et définis par les utilisateurs finaux.
  • C’est une méthode simple et ludique, souvent bien comprise par les utilisateurs.
  • Cette technique est relativement peu coûteuse car elle ne nécessite pas de matériel particulier.
  • Chaque session dure entre 2 et 3 heures ce qui permet d’en réaliser 2 ou 3 par jour et ainsi d’impliquer un nombre important d’utilisateurs.

Néanmoins, précisons qu’un tri par cartes ne permet pas de définir une architecture de l’information définitive. Il fournit des données de base qui doivent être complétées en regard de la stratégie produit, des limitations techniques et des exigences d’utilisabilité.

Les types de tri

Le tri peut être réalisé de 2 manières différentes :

a) Tri ouvert

L’utilisateur dispose d’un ensemble de cartes représentant l’ensemble des contenus de l’application ou du site web. L’utilisateur regroupe les cartes puis choisit un libellé pour chacun des groupes qu’il a formé.

Le tri ouvert est le plus souvent utilisé en début de conception pour déterminer une architecture de l’information. Il présente une logique de « construction ».

Le tri ouvertPrincipe du tri ouvert (image issue du livre « Card Sorting » écrit par Gautier Barrère et Eric Mazzone)

b) Tri fermé

Dans le tri fermé, les libellés des groupes sont fournis à l’utilisateur. L’utilisateur doit placer les cartes dans les différentes rubriques prédéfinies en amont par l’ergonome.
Le tri fermé est le plus souvent utilisé en fin de conception pour s’assurer que l’architecture de l’information construite est pertinente. Il présente une logique de « validation ».

Le tri ferméPrincipe du tri fermé (image issue du livre « Card Sorting » écrit par Gautier Barrère et Eric Mazzone)

Précisons que les deux types de tri peuvent être effectués au sein d’un même projet de manière à sécuriser la méthode : il faut alors commencer par plusieurs tris ouverts afin de comprendre la logique des utilisateurs, puis analyser les résultats et synthétiser l’arborescence commune issue des tris précédents, puis finalement réaliser un tri fermé sur cette architecture de l’information pour valider sa pertinence.

Déroulement d’une séance de tri chez Usabilis

a) Présentation des cartes et de la méthode

L’ergonome présente succinctement la méthode et les règles du jeu aux participants. Il les laisse ensuite se familiariser avec les différentes cartes. Les cartes sont disposées à plat sur une table, de manière aléatoire, devant chaque utilisateur. Des cartes vierges sont à disposition des utilisateurs pour leur permettre d’ajouter ou de modifier le contenu au besoin.

b) Tri individuel

Chaque utilisateur dispose de 30 minutes pour effectuer les regroupements qui lui semblent pertinents. Cette phase est réalisée individuellement, sans intervention de l’ergonome, ni des autres utilisateurs.

Phase de tri individuelle

Phase de tri individuelle

c) Argumentation

Chaque utilisateur argumente ses choix de tri devant le reste du groupe. L’intérêt de cette phase réside dans le fait que chaque utilisateur à un temps de parole dédié ce qui permet de recueillir les points de vue de tous les participants, indépendamment de leur personnalité (les utilisateurs timides s’expriment autant que les utilisateurs extravertis).

d) Consensus

L’objectif de cette dernière phase est d’arriver à un consensus entre les utilisateurs concernant les regroupements ainsi que leurs appellations. Pour ce faire, nous trouvons utile de repartir du résultat de tri individuel le plus plébiscité et de réaliser des ajustements à la lumière des argumentations des autres participants dans la phase précédente.

Arbre représentant une architecture de l’information avec des raccourcis
Le fait de diviser les séances en 2 parties — la première individuelle et la seconde en groupe — permet de maximiser le retour sur investissement en laissant à chaque utilisateur invité l’occasion de s’exprimer librement, en dehors de la pression du groupe.

Quelques conseils logistiques avant un Card Sorting

Il est utile d’avoir en tête quelques recommandations pour que chacun puisse être efficace :

  • Pour un tri de cartes physique, on conseille de faire appel à 15 participants, 30 au maximum (Jakob Nielsen, Card Sorting: how many users to test, 2004).
  • Faire un bon focus du projet sans mélanger deux objectifs (contenus informationnels, menus de navigation…).
  • Sur un site existant, bien vérifier l’arborescence des rubriques existantes avant l’étude.
  • Résister à l’envie de représenter tous les contenus web ou les fonctionnalités de l’application en proposant trop de cartes à gérer pour le panel d’utilisateurs.
  • Veiller à la clarté visuelle et textuelle des cartes pour éviter une mauvaise interprétation du participant.

Conclusion

Impliquer les utilisateurs dans le processus de conception est une chose essentielle en ergonomie web. La méthode de tri par cartes, en tant que méthode centrée utilisateur, permet d’avoir la meilleure compréhension de la manière dont raisonnent les utilisateurs pour pouvoir adapter au mieux la navigation à leurs besoins.

Chez Usabilis, nous avons également exploré une autre variante de la méthode du tri par cartes comme le « tri par cartes dérivé par méthode Delphi » qui s’est avérée également très intéressante. Cette méthode fera l’objet d’un nouvel article à venir prochainement.

Cependant, quelle que soit la variante mise en place pour collecter les données, c’est la justesse de l’analyse qui permettra de construire une interface réellement en phase avec les besoins utilisateurs. Car une fois l’architecture de l’information stabilisée, c’est la phase de maquettage qui aura pour objectif de matérialiser à l’écran les grands principes de l’organisation. Le test utilisateur est également complémentaire et permet de valider l’architecture construite.

Pour aller plus loin

Donna Spencer, Card Sorting : A Definitive Guide. Bien que datant d’avril 2004, cet article reste une référence.

Card Sorting : Ne perdez plus vos utilisateurs de Gautier Barrère, Éric MazzoneGautier Barrère, Éric Mazzone, Card Sorting : Ne perdez plus vos utilisateurs ! Éditions Eyrolles, Collection Design Web, 2012. Un petit livre pour comprendre et appliquer le tri de cartes dans un projet web ou logiciel.

Dans notre formation Ergonomie des interfaces, nous abordons largement la méthode du tri par cartes.

 

 

 

Lire aussi :

Un commentaire

Laisser un commentaire