Aller directement au contenu

Co-conception, pour une conception UX participative

15/05/2019
0

Définition co-conception

Qu’est-ce que la co-conception ?

La co-conception est une démarche d’innovation consistant à impliquer l’utilisateur, consommateur, ou usager, dans le processus de développement d’un service ou d’un produit. Le codesign (ou co-design), la co-création et la conception participative (voire aussi design collaboratif) se basent sur le même principe d’un travail partagé, de l’idée au prototypage.

Ces méthodes permettent de faire participer activement les utilisateurs dans les différentes phases de conception : de l’analyse aux évaluations. A noter que la co-conception peut faire partie des étapes de la méthode du Design Thinking.

Atelier de coconception Usabilis

Atelier de co-conception chez Usabilis : les utilisateurs peuvent s’exprimer au même titre que les concepteurs de l’interface

Ce processus crée une relation privilégiée entre les UX designers et les utilisateurs finaux. Cette relation permet de tirer parti de l’expertise et des besoins de l’utilisateur et des compétences des UX designers afin d’adapter les technologies aux usages.

Plus précisément, le co-design s’appuie sur les notions d’intelligence collective et d’innovation partagée (ou open innovation). L’équipe adopte ainsi certaines attitudes :

  • Égalité entre les participants indépendamment du statut hiérarchique
  • Libération de la parole car toutes les idées et opinions sont les bienvenues
  • Engagement des participants tout au long du projet de conception

Une méthode à portée innovante

C’est donc une approche avec une vraie portée créative, sociale et innovante. La co-conception bouleverse ainsi les rapports hiérarchiques, les interactions humaines classiques et les méthodes de travail habituelles. Cet aspect est mis en avant dans ce résumé visuel du co-design.

En tant que procédé où les participants communiquent leurs expériences personnelles, le co-design repose nécessairement sur l’empathie.

Dans une présentation TEDx, Wina Smeenk décrit les conséquences positives d’une approche co-design empathique (empathic co-design). Le groupe d’utilisateurs étant des personnes atteintes de démence, il était difficile de recueillir leurs expériences et de les partager avec une équipe multidisciplinaire. La co-conception a rendu possible la création d’un simulateur de démence. Les personnes impliquées dans le projet ont, chacune, mieux compris ce que ressentait un individu victime de démence.

Co-conception, méthode centrée utilisateur

La co-conception est une méthode centrée utilisateur puisque le design du produit tient compte des besoins des utilisateurs finaux. L’utilité de la démarche centrée utilisateur s’applique donc au codesign. Placer les utilisateurs et usagers au centre du processus de création présente de nombreux avantages pour l’entreprise et ses clients, entre autres :

  • Une adéquation entre le produit ou service innovant et les attentes des utilisateurs
  • La capacité à relier les perspectives technologiques aux désirs des usagers
  • L’amélioration du dialogue et de la proximité entre la marque et ses clients
  • La meilleure compréhension et donc l’enrichissement de l’expérience utilisateur
  • Un impact positif sur l’accroissement des connaissances et l’esprit d’équipe

Cette construction collaborative du produit ou service provoquerait donc un cercle vertueux. Chacun participe à l’amélioration de l’ensemble du processus et des besoins en termes d’usages.

co-conception Usabilis

Ça réfléchit dur chez Usabilis lorsqu’il s’agit de co-conception !

Salle de co-conception

L’espace joue un rôle primordial sur la capacité à créer et à innover. Les salles de co-conception sont donc conçues de façon à inspirer les participants. Ouvertes sur le monde, elles sont aménagées de manière à constituer des tiers-lieux, où des personnes aux centres d’intérêts différents auront envie d’interagir et de créer ensemble.

Salle de co-conception

Salle de co-conception

La présence d’outils numériques et physiques offrent autant de sources d’inspiration et d’apprentissages. Ces espaces visent à susciter l’action, le travail en équipe, l’émergence d’idées et, par conséquent, l’innovation collective. La salle de co-conception doit également être un lieu protégé, dans le sens où les participants ne seront pas dérangés durant le processus de co-design.

Configuration de l’espace, choix du mobilier et équipements interactifs sont donc minutieusement pensés pour faciliter la créativité, les échanges de points de vue bienveillants, la rencontre, mais également la capacité des protagonistes à s’approprier cet espace de travail à part.

Objectifs des ateliers de co-conception

On distingue généralement trois types d’ateliers de co-conception. Répondant chacun des objectifs spécifiques, ils s’inscrivent à des moments différents de la démarche de conception :

  • Le « futur workshop » sert à recueillir le besoin de manière assez globale. Il permet d’identifier quels sont les grands problèmes que rencontrent les utilisateurs et quels sont les axes de conception.
  • L’atelier CARD est un atelier qui permet d’avoir des retours sur la façon dont les utilisateurs travaillent. Cet atelier fait ressortir les différences et les points communs dansla manière de travailler des utilisateurs.
  • PICTIVE permet aux utilisateurs de participer à la conception des maquettes. Les UX designer peuvent ainsi identifier quels sont les attentes des utilisateurs.

L’objectif des ateliers de conception participative n’est pas d’aboutir à une solution définitive. Par exemple, on n’attend pas d’un atelier PICTIVE que les utilisateurs conçoivent la maquette de l’interface finale. Le but de ces ateliers est de faire s’exprimer les utilisateurs de manière active. Les missions de l’UX designer lors de ces ateliers sont d’animer les ateliers et de recueillir les commentaires, réflexion, interrogation des utilisateurs.

Recommandations :

  • Utilisez les ateliers de conception participative lors de projets de conception « from scratch » ou de refonte  importante de l’interface.
  • Recrutez des utilisateurs représentatifs de vos utilisateurs habituels.
  • Modérer les échanges mais laisser les utilisateurs échanger leurs points de vue surtout quand ils sont différents.

Atelier de conception UX

La méthode de conception centrée utilisateur est une démarche bien établie au sein de la communauté UX. Sa philosophie est de mettre l’utilisateur au centre de la démarche de conception.

Cette démarche est itérative et se déroule en trois grandes phases avant, pendant et après la réalisation des interfaces : analyse, conception, évaluation.

Les méthodes de la phase d’analyse et d’évaluation sont reconnues : études terrain (étude ethnographique)auditstests utilisateur, etc.

Test utilisateur

Le test utilisateur permet d’évaluer l’interface conçue dans un contexte réaliste.

Ces techniques mettent l’utilisateur au centre de ce qui entoure la conception mais laissent le maquettage des écrans à la charge des équipes projet.

La conception participative va plus loin. Elle invite l’utilisateur dans l’ensemble de la démarche de conception. La conception se fait avec l’utilisateur.

Design Thinking et co-conception, co-création, idéation

L’objectif du Design Thinking est la conception de produits ou services adaptés aux désirs des utilisateurs, réalisables d’un point de vue technique et viables économiquement.

D’une part, la co-conception, en impliquant les consommateurs, les designers, les développeurs, etc. permet d’atteindre ce but. D’autre part la méthodologie du Design Thinking est collaborative. Enfin, le fait de croiser les savoirs déclenche un processus itératif, autre caractéristique du Design Thinking. La méthodologie popularisée par Tim Brown renvoie donc directement à la conception participative.

Le succès et les limites des démarches collaboratives, en design, tient à la capacité à impliquer les collaborateurs dans le processus. En effet, il faut réussir à créer un véritable engagement. Les méthodes d’animation utilisées en Design Thinking sont autant de pistes pour arriver à ce résultat.

Co-conception et idéation

Avec l’inspiration et l’implémentation, l’idéation est l’une des trois étapes du Design Thinking selon Tim Brown. Le terme « idéation » désigne en fait deux phénomènes, l’émergence de multiples idées d’une part, les techniques permettant de stimuler l’imagination d’autre part. Lors de la co-conception, l’idéation renvoie à la manière dont les membres de l’équipe réagissent face à un problème.

En réalité, l’idéation n’est pas une caractéristique propre à la conception participative, mais toutes les approches de design collaboratif la favorisent. Partager des idées fait travailler l’imaginaire des participants, surtout lorsqu’ils ont des connaissances et des parcours différents. La richesse des idées et solutions proposées vient de cet aspect multidisciplinaire. Si les profils doivent être divers, le travail en petits groupes est recommandé pour des raisons d’agilité et d’efficacité.

Différents outils issus de la boîte du designer favorisent la recherche d’idées. Des supports papier ou numériques permettent de conserver les idées émises, de déterminer lesquelles approfondir ou rejeter, etc. La réussite de l’atelier d’idéation et de co-conception tient à l’équipe choisie, à la salle, et au travail du facilitateur (ou animateur).

Co-conception et innovation collaborative

Culture de l’innovation centrée utilisateur, co-innovation, innovation collaborative, open innovation ou innovation participative… ces concepts se multiplient au risque de devenir des buzzwords. Parfois, ces projets renvoient à des collaborations entre des participants issus d’un même écosystème. Cependant, les utilisateurs et consommateurs finaux ont un rôle toujours plus essentiel dans le processus d’innovation.

Prendre en compte la voix de l’utilisateur ou du client final, augmente sa satisfaction, son adoption au produit ou service innovant proposé, et contribue donc à son succès. L’innovation collaborative n’a pas pour objectif la création d’un produit neuf, quel qu’il soit. Il s’agit surtout de faire adopter l’objet, ou ses fonctionnalités, par un large groupe d’utilisateurs.

C’est cette capacité à correspondre aux désirs de la population qui fait de la co-conception un levier d’innovation. Les processus participatifs donnent aux designers, développeurs, programmeurs, commanditaires, etc. une meilleure connaissance des usages et désirs de la population.

Conclusion

La co-conception ou codesign, est une méthodologie fondée sur la communication et l’échange de savoirs entre les équipes de conception et les utilisateurs (ou clients, usagers, etc.) Cette démarche a été adoptée dans différents contextes (urbanisme, développement durable, etc.).

La conception participative prône une participation active des utilisateurs tout au long du cycle de conception de l’interface d’un site web ou d’un logiciel. C’est un concept centré sur l’humain et davantage rattaché à la technologie.

Cette participation permet aux équipes projet de recueillir les besoins des utilisateurs, et aux utilisateurs de s’engager dans la conception afin d’améliorer l’acceptation du logiciel.

Ce design collaboratif renforce la démarche de conception centrée utilisateur en impliquant toujours davantage les utilisateurs finaux.

Voir aussi dans le lexique de l’UX :

Voir aussi :

Commentaire