Aller directement au contenu

Qu’est-ce qu’un MVP (Minimum Viable Product) ?

30/09/2021
0

MVP (Minimum Viable Product)

Crédit image : PrimeModule Studio – Dribble

Le MVP (Minimum Viable Product / Produit Minimum Viable) est une version fonctionnelle et élémentaire du produit. Le MPV exige peu d’efforts et offre des retours utilisateurs. Le but est de tester des hypothèses et d’apprendre des clients en minimisant la prise de risques. Dans sa définition, le MVP s’apparente aussi à une stratégie de développement de produits.

MVP NirmalaCette illustration de Nirmala M., montre bien la place du MVP, entre le prototype et le produit final.

MVP et non MVP

Image de Anthony Cozzi – Dribble

Une bonne illustration de ce qu’est un MVP, mais surtout de ce que n’est pas un MVP !

MVP (Produit Minimum Viable) – Définition

L’acronyme MVP (Minimum Viable Product en anglais) ou Produit Minimum Viable en français, dit plus couramment “MVP” est un produit juste assez abouti pour intéresser des utilisateurs. Cette version de la solution permet d’apprendre des clients à un stade précoce sans faire d’investissement conséquent. Le terme a été popularisé par l’inventeur de l’approche itérative Lean Startup, Eric Ries. Voici sa définition du MVP :

« Le Produit Minimum Viable est la version d’un nouveau produit qui permet à une équipe de recueillir le maximum d’informations validées à propos des clients avec le moins d’efforts. »

Le lancement de produits et services innovants s’accompagne de nombreux risques, surtout pour les startups. Le MVP sert à tester la vision du produit pour savoir s’il y a des « adeptes précoces » (Early Adopters, selon l’expression d’Eric Ries). Les premières interactions et les feedbacks aident à anticiper le succès de la future solution avant de l’améliorer avec de petites itérations successives.

Le MVP vise la résolution d’un problème et s’intègre dans une démarche de création de valeur. L’UX Designer Robert Smith définit le MVP et insiste l’importance des recherches préalables :

Quelle est l’origine du MVP (Minimum Viable Product) ?

Le joueur de baseball Frank Robinson a été le premier athlète à être nommé MVP (Most Valuable Player ou Joueur le plus précieux) de l’année deux fois. Mais le Minimum Viable Product, abrégé en MVP, a été créé par un homonyme. En 2001, Frank Robinson, co-fondateur et président de l’entreprise SyncDev (Synchronize Customer & Product Development), a rédigé la première définition du MVP :

« Le Produit Minimum Viable est le produit à la taille idéale pour votre entreprise et votre client. Il est suffisamment grand pour susciter l’adoption, la satisfaction et les ventes, mais pas au point d’être trop gros et risqué. Techniquement, c’est le produit qui offre un retour sur investissement maximum divisé par le risque. »

Le MVP se place dans le quadrant supérieur du ROI, sur l’axe vertical, en étant corrélé à l’effort fourni et au Time-to-market (temps de développement du produit) sur l’axe horizontal :

Return on risk analysis mvpSource : Sync Dev

De nos jours, le terme est systématiquement associé au livre de référence « Lean Startup » paru en 2012. Dans cet ouvrage, le MVP présente l’avantage d’accélérer l’apprentissage de l’équipe de développement.

Le MVP s’intègre dans le cycle :

  • Build : construire un produit minimum
  • Measure : mesurer les réactions des premiers utilisateurs
  • Learn : apprendre à partir des données (data) recueillies

Lean startup Eric Reis build measure learnSource : xp.innovates

Le MVP est aussi au cœur de l’ouvrage « Lean UX » paru en 2016. Les auteurs, Jeff Gothelf et Josh Seidon, donnent cette définition du produit minimum viable MVP :

« La plus petite chose que vous pouvez construire pour tester chaque hypothèse et apprendre la prochaine chose la plus importante ».

 

MVP processus lean uxO’Reilly Media : Minimum Viable Products and Protoypes

De sa première utilisation à aujourd’hui, le Produit Minimum Viable s’intègre dans les diverses approches agiles. Il faut faire vite, tester, expérimenter, explorer, pour apprendre et progresser.

La “viabilité” restant une dimension abstraite et difficile à appréhender, celle-ci peut se décliner en plusieurs sous-catégories. Tout dépend de la priorité que vous vous donnez et de votre cible utilisateur. Il faut vous poser la question des critères de viabilité des vos futurs utilisateurs.

De nombreux autres termes en sont dérivés, entre autres :

  • MMP: Minimum Marketable Product
  • MDP : Minimum Delightful Product
  • MLP : Minimum Lovable Product
  • MAP : Minimum Awesome Product
  • MVE : Minimum Viable Experience…

Bref, tout dépend du niveau et du type de viabilité à atteindre puisque le MVP est amené à être amélioré avec de nouvelles fonctionnalités. La MVE est l’expérience vécue lors de l’interaction avec le MVP. Dropbox, Apple, Airbnb ou encore Facebook font partie des grandes entreprises ayant eu recours au MVP.

Pourquoi développer un MVP du nouveau produit ?

Jeff Gothelf explique que le terme MVP est souvent mal compris parce que son développement répond à des objectifs distincts :

« Le problème est qu’il est utilisé de deux façons différentes. Parfois, les équipes créent un MVP principalement pour apprendre quelque chose. Elles ne se soucient pas de fournir au marché quelque chose qui a de la valeur (elles tentent de comprendre ce que veut le marché). Dans d’autre cas, les équipes élaborent une version minimale d’un produit ou d’une fonctionnalité parce qu’elles veulent créer de la valeur sur le marché le plus rapidement possible. »

Globalement, voici les principales raisons de développer un MVP :

  • Bénéficier d’un gain de temps et d’argent
  • Analyser les comportements des utilisateurs
  • Accélérer le cycle de développement
  • Convaincre les investisseurs et parties prenantes
  • Procéder à des livraisons plus rapides des nouvelles versions
  • Pratiquer des tests avec optimisation des ressources
  • Gérer l’incertitude quand il y a nécessité d’innover
  • Faire preuve de réactivité et d’agilité

Attention toutefois à ne pas confondre le produit minimum viable avec le prototype, la POC (proof of concept ou preuve de concept) et la version 1.0 d’une application.

MVP concept on the roadmap

Source : Digital Natives

La “viabilité” du MVP est l’une de ses caractéristiques les plus importantes. Les critères de faisabilité technique, d’utilisabilité et d’esthétique doivent avoir été pris en compte. L’objectif est de procéder à un développement itératif et incrémental. Le MVP n’est pas uniquement fonctionnel, même si l’avancement se fera par itération avec une méthode de développement agile.

 

Minimum Viable Product Development ApproachSource : net solutions

MVP et UX Design : une relation complexe

Pourquoi est-ce que le MVP peut sembler à première vue en rupture avec les principes d’une bonne UX ? Tel est le titre vaguement provocateur de cette vidéo du Nielsen Norman Group :

En fait, Kara Pernice relève des problèmes fréquemment associés aux MVP :

  • Absence de tests utilisateurs avant la sortie du produit (et pour cause, le MVP fonctionne comme un test utilisateur en lui-même)
  • Distorsions de l’interface utilisateur (UI) réelle prévue car les feedbacks ne concernent pas la globalité de la solution numérique finale
  • Incohérence du design parce que chaque MVP se concentre sur une petite série de fonctionnalités au lieu d’embrasser la globalité du projet et l’écosystème
  • Une fois que c’est codé, aucun changement n’est effectué pour corriger les bugs

Tout cela s’oppose aux bénéfices liés à l’intégration de l’UX dans le développement logiciel. Par ailleurs, dans le cycle BML (Build Measure Learn), l’objectif est d’abord de construire un Produit Minimum Viable aussi rapidement que possible. L’UX Designer a traditionnellement une autre approche de la conception :

UX et gestion de projet agile ne sont pas pour autant incompatibles, bien au contraire. L’UX Designer ou le Service designer permettent d’orienter les décisions relatives au MVP pour optimiser sa fabrication. C’est un moyen de concevoir et maintenir une bonne expérience utilisateur en créant constamment de la valeur. Mais pour être efficace, le processus de conception doit être collaboratif.

MVP et Design Thinking : processus d’innovation

La méthode collaborative Design Thinking est de plus en plus employée lors de l’élaboration d’un MVP. Le Design Thinking met précisément l’accent sur l’intelligence collective pour favoriser l’innovation tout en étant axé sur les utilisateurs et clients. Ce processus de cocréation s’applique particulièrement lors des phases de compréhension des utilisateurs et d’exploration.

Designers, développeurs et collaborateurs travaillent ensemble dès le début du projet :

  • Définition du problème à résoudre, des besoins du marché, etc.
  • Empathie et compréhension des « vrais » utilisateurs
  • Phase d’idéation pour imaginer des solutions
  • Construction du prototype et tests
  • Fabrication du MVP avec les caractéristiques de base avant améliorations futures

Les ateliers Design Thinking peuvent accélérer la co-conception de nouvelles idées, produits ou services à tester sous la forme de MVPs. Le Minimum Viable Product est aussi souvent conçu durant un Design Sprint afin de matérialiser rapidement le concept.

Le point exact où se rencontrent Design Thinking, Lean Startup, Agile :

Pour apprendre à combiner Design Thinking, Lean Startup et autres pratiques agiles, rejoignez notre Formation au Design Thinking !

Exemples de MVP

Les produits minimums viables peuvent prendre différentes formes et s’appuyer sur plusieurs sortes d’artefacts selon le produit ou service envisagé :

  • « Landing Page » (page « d’atterrissage ») pour tester le MVP: présentation du produit pour déterminer s’il attire l’audience ciblée
  • Formulaire d’inscription: mesure de l’intérêt pour un futur service ou une fonctionnalité
  • Vidéo explicative ou maquettes à moyenne ou haute-fidélité éventuellement intégrées à une page de renvoi
  • Smoke Test ou écran de fumée: pour étudier l’appétence des utilisateurs pour l’idée avant le développement de la solution
  • Wizard of Oz (Magicien d’Oz): service numérique apparemment opérationnel où l’utilisateur a l’impression d’agir avec le système alors qu’en coulisse, les actions sont réalisées manuellement.
  • MVP Concierge: l’utilisateur sait que le processus n’est pas automatisé et requiert des humains. L’entreprise est ainsi directement en contact avec les clients, jusqu’à ce qu’un problème de scalabilité révèle le succès du concept.

Ou encore, tout simplement, un produit physique. L’important est de pouvoir observer et mesurer les actions des utilisateurs pour atteindre les objectifs d’apprentissage prévus. Cela dépend de l’étude de marché préalable, du produit ou service, et/ou du Business Model (modèle économique).

Vidéo MVP Dropbox

TheFacebook, MVP futur réseau social :

The Facebook MVP

Source : Oodless UI UX Design Studio

Conclusion

Pour une start-up, le MVP procure de sérieux avantages. Cet état d’esprit – construire vite avec un minimum d’effort – favorise l’optimisation des ressources et l’apprentissage. Le fait de dévoiler le produit en amont évite également l’effet tunnel puisque la solution évolue avec les feedbacks. En Lean agile, les MVPs servent principalement à accroître la réussite des projets d’innovation… à condition de s’entendre sur ce qu’est un MVP. Il faut aussi tenir compte de l’expérience utilisateur. La stratégie UX est primordiale pour optimiser le produit et faciliter la prochaine itération. Les outils de Design Thinking participent à cette gestion agile et collaborative du projet.

À Lire sur le blog

Bibliographie

Eric Ries, Lean Startup: Adoptez l'innovation continue, Pearson, 2015Eric Ries, Lean Startup: Adoptez l’innovation continue, Pearson, 2015

En appliquant les grands principes du lean management au développement de nouveaux produits, Eric Ries a mis au point une méthode qui change radicalement la donne pour tous ceux qui souhaitent créer une entreprise ou développer un nouveau projet : le Lean Startup. Cette approche révolutionnaire permet en effet d’adapter constamment son offre mais aussi son entreprise aux évolutions du marché, en suivant le principe de l’innovation continue.

 

 

 

 

Jeff Gothelf, Josh Seiden, Lean UX - Concevoir de meilleurs produits avec des équipes agiles, Dunod, 2019Jeff Gothelf, Josh Seiden, Lean UX – Concevoir de meilleurs produits avec des équipes agiles, Dunod, 2019

Inspiré par les théories du Lean et du développement agile, Lean UX est une approche de conception produit rapide, collaborative et itérative qui permet de se concentrer sur ce qui compte vraiment pour l’utilisateur.

Ce livre de référence vous montre comment intégrer Lean UX dans vos méthodes de travail grâce à des conseils simples et éprouvés :

  • Cadrez bien le problème sur lequel vous travaillez avec vos équipes.
  • Fournissez la boîte à outils du designer à toute l’équipe produit.
  • Partagez vos idées et votre vision avec votre équipe très tôt dans le processus.
  • Créer des produits minimum viables pour valider les idées.
  • Prenez en compte l’avis de l’utilisateur tout au long du cycle de vie du projet.
  • Rendez votre équipe plus productive en combinant Lean UX et Scrum
  • Prenez conscience des changements organisationnels à mettre en place pour tirer parti de Lean UX.

Cet ouvrage est la traduction du livre Lean UX – Designing Great Products with Agile Teams – de Jeff Gothelf et Josh Seiden, publié chez O’Reilly.

 

Dan Olsen, The Lean Product Playbook: How to Innovate with Minimum Viable Products and Rapid Customer Feedback, John Wiley & Sons, 2015Dan Olsen, The Lean Product Playbook: How to Innovate with Minimum Viable Products and Rapid Customer Feedback, John Wiley & Sons, 2015

Le Lean Product Playbook est un guide pratique pour créer des produits que les clients adorent. La plupart des nouveaux produits échouent. Ce livre aide à améliorer les chances de créer des produits à succès grâce à des instructions et des conseils clairs, étape par étape.

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaire