Aller directement au contenu

Les 6 tendances UX/UI de l’année 2020 selon Usabilis

26/02/2020
1

6 tendances UX UI 2020

Cette année, comme tous les ans, une concertation collective au sein de l’équipe Usabilis nous permet de vous présenter des tendances UX/UI qui, selon nous, vont marquer l’année 2020.

Introduction

Tout d’abord, un bref retour sur nos prédictions 2019 : UX immersive, évaluation plus fine des émotions, meilleure collaboration entre les designers et les opérationnels, montée en puissance du Design System, développement de l’usage des outils comme Figma, ou encore design éthique. Des tendances qui se sont confirmées et se sont inscrites dans la durée pour certaines.

Qu’en sera-t-il pour 2020 ? On imagine le même scénario, mais avant de vous donner rendez-vous début 2021 pour le savoir. Voici les 6 tendances UX/UI que nous avons choisi de partager avec vous cette année !

1# Interface vocale

Interfaces vocales

D’après un rapport de ComScore, 50% des recherches seront effectuées à la voix d’ici la fin de l’année 2020. En effet, 72% des possesseurs d’assistants vocaux affirment qu’ils font désormais partie de leur vie. On peut donc difficilement passer à côté de cette tendance majeure. La recherche vocale, conjointe à l’adoption des assistants vocaux (Google Assistant, Amazon Alexa, Siri…) va ou fait déjà partie de notre quotidien !?

Vous le savez peut-être, mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, le premier système de reconnaissance date des années 70, le VIP100,  capable de reconnaître une centaine de mots isolés après une longue phase d’apprentissage (Minker & Néel. ,2002). A l’époque certains avaient même prédit la disparition totale du clavier dans le futur. Nous n’en sommes pas encore là, même si une folle compétition entre les géants du numérique règne sur le terrain des assistants vocaux avec Alexa, Cortana, Siri, etc.

Conversation avec mon assistant vocal

L’interface vocale offre de nouvelles perspectives et séduit les entreprises qui y voient un intérêt lié à la facilitation de certaines tâches ou dans la possibilité de faire plusieurs tâches en même temps, mais aussi pour les utilisateurs souffrant de handicap comme la déficience visuelle ou moteur.

La parole a de nombreux avantages :

  • C’est naturel ou presque,
  • Elle laisse libre de ses mouvements,
  • Elle offre un accès immédiat à une information sans avoir à parcourir l’arborescence d’un menu.
  • La prononciation d’un seul mot remplace une dizaine de commandes élémentaires

Toutefois, du point de vue de la perception humaine, l’écoute d’un message vocal nécessite beaucoup d’efforts d’attention et plus de temps que la lecture d’un écran. Il est donc nécessaire de réaliser un véritable travail d’adaptation lorsqu’il s’agit d’interface vocale (construire des messages courts et simple facilitant la mémorisation et le traitement de l’information pour l’utilisateur) ce qui n’est pas chose aisée. Plusieurs variabilités doivent être prises en compte et peuvent rendre difficile la conception d’une interface vocale comme par exemple la variabilité de locution (fatigue, voix enrouée), de l’interlocuteur (homme, femme ou enfant), de l’environnement, l’ambiguïté de la langue, etc.

En conclusion

 Aujourd’hui, réaliser des interfaces exclusivement vocales reste difficile à concevoir, même si cette alternative reste très utile pour réaliser des commandes simples comme éteindre ou faire varier l’éclairage, contrôler le chauffage, effectuer un changement de la couleur etc. En revanche, l’interface vocale reste moins adaptée à de nombreuses actions telles que les commandes incrémentales par exemple (déplacement d’un objet sur un écran).

Aussi avant de décider de concevoir une interface vocale, il est important de s’interroger sur son utilité pour l’utilisateur final. Il faut être bien conscient des inévitables contraintes techniques mais aussi des enjeux sur la vie privée et la sécurité.

Autre tendance à suivre dans le domaine : Google Duplex

Lancé en 2018, ce nouvel outil de Google propose de se servir de l’intelligence artificielle pour « effectuer de vraies tâches avec votre téléphone portable » et de passer de “OK Google” à  « Réserve une table pour deux au restaurant Luigi’s Pizza à 20 heures aujourd’hui ». Il s’agit d’être capable de mener  une conversation fluide et naturelle pour les questions du quotidien.

Ainsi, Google Duplex pourrait être une bouée de sauvetage pour les voyageurs qui ne parlent pas bien la langue locale, augmenter la productivité au travail des petites entreprises notamment en permettant de réduire les tâches secondaires (ex : prises de rendez-vous) ou encore, mais aussi un outil idéal pour les personnes souffrant de problèmes d’audition et pour qui la prise de rendez-vous par téléphone pourrait être un frein, de peur de ne pas entendre leur interlocuteur par exemple.

En fait, pour l’instant, pour utiliser cet outil, il suffit de dire à l’assistant de faire quelque chose qui se limite à la prise de rendez-vous. Vous pourriez ainsi dire une phrase comme : « Bonjour Google, réserve pour moi un rendez-vous pour une vidange d’huile dans le garage Opel de Melun mardi matin ». L’assistant passerait l’appel, et ajouterait le rendez-vous à votre agenda, grâce à un réseau de neurones récurrent : la technologie TensorFlow Extended de Google.

Une opportunité donc pour beaucoup d’entre nous mais qui pose tout de même question quant à la confidentialité et la sécurité. Est-il sécurisé d’avoir un ordinateur qui appelle des entreprises et qui parle à de vraies personnes en votre nom ? Est-ce sécurisé pour la personne à l’autre bout du fil ? En effet, Google devra exploiter une grande partie de vos données personnelles et vous devrez explicitement autoriser Google à écouter votre conversation… Des sujets qui peuvent donc faire un peu peur. Il faudra donc expliquer et rassurer les utilisateurs. Tendance à suivre, donc !

Interface vocale Google Duplex - google home Google assistant

2# La 5G, vers une connexion ininterrompue

5G

L’utilisateur, déjà très connecté, va ou doit pouvoir l’être partout et tout le temps, sans la moindre interruption. Et c’est là que la 5G risque de bousculer les usages liés à l’internet. En effet, d’ici 2022 près de 12% du trafic du mondial devrait provenir de connexions 5G. C’est CISCO,  leader mondial de la transformation numérique, de l’IT et des réseaux qui nous le dit. La 5G va notamment favoriser les déploiements de nombreux objets connectés et révolutionner certaines de nos habitudes avec par exemple : une connectivité accrue avec une multitude d’objets connectés simultanément, un transfert de données quasi-instantanés, une expérience de navigation plus confortable…

Immédiateté doit rimer avec ingéniosité

Avec la 5G, nous allons assister à une rapidité de transfert des données considérable, un temps de latence inexistant, et nous retrouver face à un besoin d’immédiateté encore plus grand.

Accompagner, rassurer face aux nouveaux usages liés à la 5G

Mais aussi et surtout, la 5G va ouvrir et ouvre déjà de nouvelles perspectives dans certains grands domaines, comme la santé (télémédecine, téléchirurgie, surveillance à distance), la ville intelligente (territoires connectés, sécurité publique, maîtrise énergétique), l’automatisation industrielle (automatisation, robotique, pilotage à distance) ou encore les transports (autonomisation, liaisons entre véhicules). Et ainsi permettre de nouveaux usages comme la voiture autonome ou la télémédecine. De nouveaux usages qui devront prendre en compte les préoccupations des utilisateurs en terme d’accompagnement, d’expérience et surtout de protection des données et respect de la vie privée. Car en effet, se développer, innover c’est bien mais pas au détriment d’éléments clefs de réassurance et d’accompagnement.

3# (Ré)humanisation des interfaces

Humanisation des interfaces

Crédit : Freepik

 Vers un besoin d’”Humanisation” des interfaces

Tout d’abord, un besoin de contact humain…
Cette tendance fait écho à certains des projets UX menés à l’agence. En effet, on a pu constater que selon le contexte, les utilisateurs peuvent éprouver le besoin de pouvoir à un moment donné dans leurs parcours renouer avec l’humain, entrer en contact avec un humain : soit par téléphone, soit par la possibilité de se rendre en boutique physique, soit par la prise de rendez-vous avec une personne physique… Il est vrai que dans la vie quotidienne certaines situations (achat auto, crédit, déclaration de sinistre…) peuvent nécessiter la réassurance d’un humain même si la conception d’interfaces doit pouvoir aussi accompagner, aider et guider au mieux l’utilisateur final. Parfois, le simple fait de proposer un numéro de téléphone peut suffire à rassurer l’utilisateur qui ainsi mis en confiance n’aura peut-être pas besoin d’appeler

… puis un besoin de plus d’humanité, d’entraide :

En effet, une autre manière d’humaniser les interfaces passe par la possibilité pour celle-ci de permettre une meilleure collaboration et une meilleure entraide entre individus, que cela soit dans le monde du travail ou dans la vie de tous les jours.

Pour donner un exemple : l’application “Be my eyes” sur smartphone destinée aux déficients visuels. Cette application est composée d’une communauté mondiale de personnes malvoyantes et bénévoles voyants. C’est ainsi que les personnes ayant besoin d’aide sollicitent via l’application un bénévole pour une assistance visuelle comme par exemple distinguer les couleurs d’un vêtement, vérifier si les lumières sont allumées ou préparer le dîner.

4# Le minimal design

Less is more

Finie la peur du vide, place à la sobriété !

Même si le Dark Mode est toujours une tendance de fond comme nous l’avions évoqué l’année dernière, le “blanc” reprend ses lettres de noblesse et pourrait devenir la tendance majeure de l’UI en 2020.
Stress, sur-sollicitations imposent un besoin de réassurance, d’apaisement à travers une interface minimaliste…

Ainsi, la recommandation est de capitaliser sur des classiques de l’UI maitrisés, compris majoritairement par les utilisateurs, rassurants et surtout leur permettant de gagner du temps et donner du sens à leur visite. Valoriser l’expérience utilisateur à travers le minimalisme design “less is more” gage de satisfaction et d’efficacité.

Twitter Less is more

5# Design et service public

Service public

UX service public

L’UX investit nos institutions

Le design de l’expérience ne doit pas s’arrêter au produit et service proposé par les entreprises. Il est essentiel que le design investisse les sphères institutionnelles et la politique publique. Il est essentiel que l’utilisateur revienne au centre des projets. Une réappropriation des problématiques à l’échelle local avec les acteurs de la commune et de la région apporteront un renouveau dans l’approche des services publiques.

Le mouvement est lancé. Des collectifs de design des politiques publiques émergent (jeter un oeil à la 27ème région), le designer d’intérêt général apparaît et les institutions ne manquent pas de projets à leur confier.

La démarche du design, son approche pluridisciplinaire et son appréhension de la complexité pourrait être un outil clé dans la conception des politiques publiques de demain.

6# Design comportemental

Design comportemental - David PlunkertIllustration David Plunkert

Le design comportemental sera la tendance forte du design de ces prochaines années dans beaucoup de domaines (éducation, ressources humaines, marketing, santé…).  Le design comportemental regroupe différentes techniques de design visant à motiver, stimuler ou changer certains comportements afin de répondre à un objectif organisationnel ou marketing, qu’il soit B2B, B2C voire B2E. De nombreuses solutions proposées actuellement échouent car elles se basent uniquement sur la gamification, sans méthodologie et avec aucun processus de conception clair.

Le jeu ? oui, mais pas sans règle du jeu

Au coeur du design comportemental, la gamification est avant tout une méthode de conception centrée sur l’utilisateur, qui se  sert des principes théoriques de la conception de jeu pour stimuler le comportement de l’utilisateur, en particulier à des fins :

  • d’engagement,
  • d’amélioration de l’expérience utilisateur globale.

Exemples de gamification réussis

Gamification

Premier exemple répond à la contrainte “faire du sport vs. prendre les escalators” en installant un escalier musical (solution). Le second exemple répond à la contrainte de respecter les limitations de vitesse avec l’installation d’une solution de radar non punitif, qui au contraire, peut récompenser les bons conducteurs. 

Conclusion

Cet article est le résultat d’un travail collectif au sein de l’équipe USABILIS comme évoqué en introduction. Nous espérons que vous partagerez nos avis et sommes prêts à échanger avec vous sur ces sujets passionnants qui ont de grandes chances de rythmer la conception d’interface centrée utilisateur en 2020 !

Voir les tendances UX /UI des années précédentes :

Ressources

La 5G

Comment diminuer son temps de chargement pour augmenter ses conversions
9 techniques pour réduire le temps de chargement sous WordPress
http://www.mbadmb.com/2020-5g-et-ces-changements/

Qu’est-ce que Google Duplex ? Tout ce que vous devez savoir

Minimal Design

Design minimalist : décryptage d’un phénomène global
Beautiful examples of minimalist website design
Top 10 Site Web Minimaliste dont s’inspirer (web design)

 

test

Un commentaire

Laisser un commentaire à Olivier Delerue Annuler la réponse