Aller directement au contenu

Quand Microsoft soigne ses utilisateurs… et ses clients (2/2)

06/11/2008
3

Microsoft-Office-2007-logoDébut 2007, Microsoft a sorti coup sur coup Windows Vista et Office 2007, en jouant la carte de l’innovation ergonomique et des choix de conception parfois déroutants au premier abord. Pour assumer pleinement leur nouvelle vision de l’interface et détourner les critiques, la firme de Redmond s’attache à montrer que ses utilisateurs sont précieux et qu’elle répond toujours mieux à leurs besoins : pour Vista, le Mojave Experiment (1/2) et pour Office, le Ribbon.

Le Ribbon d’Office

La suprématie de Microsoft n’est pas en reste avec sa suite bureautique loin devant la concurrence, OpenOffice s’est fait distancer brusquement . La sortie d’Office 2007 a largement surpris avec son nouveau bandeau (i.e. The Ribbon) ou les SmartArts.

Finis les menus aux mille et une fonctions catégorisées par type d’action, les intelli-menus sensés alléger et prioriser selon les besoins l’affichage de ces fonctions, voici venu le temps de la navigation à onglets aux fonctions iconifiées. Les sous-sous-menus ont disparus et le graphisme est exploité pleinement pour prioriser autrement les fonctions récurrentes : seulement 8 onglets (facilité de mémorisation et principe de proximité gestalien).

A titre de comparaison les bandeaux des versions 2003 et 2007 :

Office 2003

Microsoft-Office-2003-bandeau-ribbon

Office 2007
Microsoft-Office-2007-bandeau-ribbon

Clairement déroutant aux premiers usages, le ribbon finit par s’apprécier avec le temps : toute nouveauté a besoin d’être appropriée. Profitant de cette remédiation de l’agencement des fonctionnalités, on retrouve les petits icônes classiques de la mise en forme du texte mais surtout de plus gros icônes pour bon nombre d’autres fonctions (facilité de lecture et de pointage souris). Les SmartArts apportent leur lot de graphisme innovant pour enrichir la présentation des tableaux ou des diagrammes. La mise en forme du texte ou des objets est devenue dynamique pour prévisualiser avant d’appliquer tout nouveau format (contrôle de l’action par l’utilisateur).

Toutefois, Microsoft ne peut s’empêcher de défendre sa nouvelle vision de l’interface et des choix de conception. Jensen Harris (Program Manager de l’équipe User Experience) en arrive presque à devoir se justifier en reprenant d’abord tout l’historique de la suite bureautique puis en montrant leur volonté d’être attentif aux besoins de leurs utilisateurs. Sa dernière présentation vidéo en décrit la démarche (« The Story of the Ribbon » en vidéo, 90 min, au format wmv de 146Mo), un résumé en quelques diapos existe également (The Story of the Ribbon, format pdf, 19Mo). Vous laisserez-vous convaincre ?

L’intérêt de sa présentation est sans nul doute de comprendre comment ils ont pu repenser une suite bureautique aussi populaire et en même temps si chargée de fonctionnalités. Il apparaît qu’ils se sont laissés aller à certains tâtonnements au regard de certaines moutures. Il n’est pas certains que l’utilisateur ait été inscrit en amont de la démarche ergonomique tel qu’il semble le promouvoir… Quoi qu’il en aura coûté, c’est l’utilisateur qui doit désormais prendre le temps de réapprendre cette nouvelle façon d’interagir avec cette suite!

3 Commentaires

  • Céline dit :

    Pour être une utilisatrice de ce ribbon, j’avoue avoir été très fortement désarçonnée, et encore aujourd’hui, je ne mesure pas les avantages théoriquement obtenus avec ce nouveau ruban. De plus, avec Excel par exemple, cela se complique encore un peu plus, avec notamment la disparition de certaines fonctionnalités (ex.: faire un formulaire avec boutons d’action, j’ai eu beau chercher, apparemment, cela n’est plus possible… l’aide restant laconique là dessus). Je suis un peu chagrinée que sous réserve de nous offrir quelque chose de « plus joli » (mhh, tout est relatif…), l’aspect fonctionnel ait été mis de côté sur certains points… Espérons que cela évolue :)

  • Thierry B. dit :

    J’ai aussi mis du temps à me convaincre que Microsoft n’avait pas supprimé de fonctionnalités. Les fonctions de formulaire d’Excel s’affiche en allant dans les options d’Excel (bouton en haut à gauche) puis en cochant la case « Afficher l’onglet dévelopeur dans le ruban ».
    Mon utilisation du ribbon est encore récente et ce qui me trouble le plus est de devoir rechercher au fur et à mesure les fonctions que j’utilisais avant avec la version 2003! L’apprentissage de l’architecture des menus des versions précédentes était si intense qu’il est d’autant plus difficile de la désapprendre. Dommage, car une interface efficace se juge beaucoup à l’apprentissage qu’elle nécessite.
    Une autre chose qui me chagrine, c’est le manque d’homogénéité entre les différents onglets et dans chacun, où se mélangent des petits et grands icônes, des listes déroulantes… Cela demande un effort de recherche et de sélection visuelle important qui paraissait du coup plus structuré avec les menus des versions précédentes.

  • Opportun dit :

    Tant à parler d’innovation, regardons plutôt du côté de iWork 09. L’Inspecteur est une façon innovatrice de gérer les aspects de fonctions dans les menus. Le tout bien intégré dans Pages, Numbers, Keynote.

    Et dire que iWork ne coûte que $99 pour une licence et $129 pour 5 licences (famille).

    On est loin des centaines de dollars de Office.

    P.S. L’Inspecteur est aussi présent dans iLife 09, Final Cut Pro, …

Laisser un commentaire