Aller directement au contenu

Définition critères ergonomiques de Bastien et Scapin

22/09/2017
0

Critères ergonomiques Bastien et Scapin

Les critères ergonomiques sont des caractéristiques de l’interface qui vont déterminer son utilisabilité (ou ergonomie). Ils permettent d’identifier les problèmes d’ergonomie d’une interface. Ils sont utilisés en phase d’évaluation dite « experte » c’est à dire sans engager l’utilisateur. Ils sont généralement utilisés avant d’engager les tests d’utilisabilité.

« Critères Ergonomiques pour l’Évaluation d’Interfaces Utilisateur »

C’est sous ce nom que les critères de Bastien et Scapin ont été édités en mai 1993 sous forme de rapport de recherche de l’INRIA. Ces critères ergonomiques sont donc issus d’une étude menée par Dominique Scapin assisté de Christian Bastien qui ont tous deux donné leurs noms à ces fameux « critères » pour identifier cet outil devenu une référence en ergonomie des interfaces. Ils ont réalisé en 1997 une synthèse d’environ 900 recommandations dans le domaine de l’ergonomie. Ce travail colossal a permis de produire 18 critères répartis en 8 dimensions dont vous trouverez le détail dans le document original sur le site de l’INRIA ou plus bas dans l’article.

Quels sont les critères ergonomiques de Bastien et Scapin ?

Voici la liste des critères heuristiques de Bastien & Scapin. Elle présente les diverses appellations décrites en fonction des diverses déclinaisons possibles de leurs critères.
1. Guidage

1.1. Incitation
1.2. Groupement / Distinction entre Items
1.2.1. Groupement / Distinction par la localisation
1.2.2. Groupement / Distinction par le format
1.3. Feedback Immédiat
1.4. Lisibilité

2. Charge de Travail
2.1. Brièveté
2.1.1. Concision
2.1.2. Actions Minimales
2.2. Densité Informationnelle

3. Contrôle Explicite
3.1. Actions Explicites
3.2. Contrôle Utilisateur

4. Adaptabilité
4.1. Flexibilité
4.2. Prise en compte de l’expérience de l’utilisateur

5. Gestion des Erreurs
5.1. Protection contre les Erreurs
5.2. Qualité des Messages d’Erreurs
5.3. Correction des Erreurs

6. Homogénéité / Cohérence

7. Signifiance des Codes et Dénominations

8. Compatibilité

Pertinence des critères ergonomiques aujourd’hui

Les critères ergonomiques sont issus de travaux en psychologie cognitive. Ils sont utilisés avec succès depuis plus de 20 ans sur différents types d’interfaces digitales car bien que les interfaces aient changées, l’être humain, lui, est resté le même.
Les critères ergonomiques s’appuient sur la capacité de l’être humain à comprendre et interpréter les informations. Ils resteront d’actualité encore pendant de nombreuses décennies.

Quel usage les ergonomes et UX Designer font-ils de ces « critères » ?

Les « critères » sont employés aussi bien en évaluation qu’en conception. C’est en conception qu’ils sont particulièrement utiles car ils permettent au designer de s’auto-évaluer et d’éviter ainsi des erreurs basiques.

Critères ergonomiques et évaluation experte à utiliser en conception, donc en « auto-évaluation », plutôt qu’en évaluation, selon Julien Champagne

« … cette partie évaluation que je ne la fais pas, je l’inverse, je l’utilise dans la conception. Quand je fais mes Wireframe directement, j’ai tous ces critères en tête et donc je suis dans l’auto-évaluation de mon travail ».

Julien Champagne, UX designer freelance, responsable de la majeure Design de la WebSchoolFactory

Julien évoque son utilisation personnelle et originale des critères ergonomiques qu’il utilise très peu en évaluation, mais qui ont toute leur importance en conception. Il parle d’auto-évaluation. Il aborde la place des critères de Bastien et Scapin dans sa conception d’interface ou dans le cadre d’un mentorat auprès de startups qu’il accompagne.

Ces critères doivent être gardés à l’esprit dès la conception selon lui, afin de prendre en compte l’ensemble des facteurs favorisant l’ergonomie d’une application, d’un service ou d’un site web. Ils peuvent donc servir sans même être utilisés à des fins d’évaluation. Le simple fait de les connaître, de les appliquer régulièrement aux interfaces que l’on conçoit, et donc de les avoir en permanence à l’esprit, cela permet dans bien des cas d’éviter des erreurs classiques d’ergonomie.

Julien Champagne – Interview sur les critères ergonomiques dans les évaluations

Dans l’interview, Julien répond à deux questions:
1) Quelles méthodes d’évaluation utilisez-vous ?
2) Comment appliquez-vous les critères ergonomiques ?

Évaluation experte et approche centrée sur l’expérience utilisateur, selon Carine Lallemand

« Avec l’UX, la recherche ne se focalise pas seulement sur les problèmes, mais aussi sur des déclencheurs d’expérience positive, d’émotion positive à l’intérieur d’un système. »

Carine Lallemand, chercheur en psychologie et ergonomie des IHM

Carine met en regard l’évaluation experte et l’approche UX. Elle rappelle l’historique de l’évaluation experte, nommée « évaluation heuristique » dans les années 80 et pointe la complémentarité des deux approches. Elle insiste sur la démarche « ouverte » d’une approche UX associée aux « critères », et les possibilités de concevoir sa propre grille d’analyse pour une évaluation personnalisée.

« Et ce qui est intéressant dans les études que j’ai faites, c’est que l’évaluation experte peut être soutenue par des outils flexibles qui permettent à la personne à la fois de se baser non seulement sur un set de critères, mais d’entrer une multitude de critères particuliers personnalisés et ensuite de pouvoir faire vraiment son évaluation de manière customisée.»

  • L’évaluation experte permet une analyse de l’utilisabilité. Elle suppose de se tenir à des « guidelines », ce qui la rend quelque peu rigide, mais très utile pour détecter les problèmes majeurs d’ergonomie. Elle permet « d’enlever des problèmes récurrents, des problèmes qu’on connait » afin d’éviter que des tests utilisateurs soient biaisés de problèmes qu’on aurait pu corriger bien avant. Elle peut s’utiliser en combinaison avec d’autres méthodes. L’évaluation experte ne doit donc pas empêcher d’impliquer des utilisateurs. C’est une méthode intéressante avant de lancer les tests utilisateur.
  • Une approche UX, basée sur l’expérience utilisateur est, selon elle, beaucoup plus large que l’analyse de l’utilisabilité. Elle indique en quoi l’approche centrée sur l’expérience utilisateur apporte une certaine souplesse.

Dans l’interview, Carine répond à deux questions :
1) Quel est l’historique des évaluations expertes ?
2) Quel est le principal changement dans le mode d’évaluation ?

Conclusion

Utilisés en évaluation, les critères permettent de dégrossir le problème. Toutefois, il s’agit d’une évaluation experte sans utilisateur et sans prise en compte du contexte réel d’utilisation. Des problèmes liés à l’usage réel de l’application peuvent être oubliés. C’est pourquoi, il est essentiel de compléter cette première évaluation par un test utilisateur. La situation réaliste dans laquelle on place l’utilisateur lors du test permet d’identifier des freins liés à l’usage réel de l’application qu’on n’aurait pas vu lors de l’évaluation experte. Dans ce cas, les critères ergonomiques servent après le test à mieux comprendre la cause des problèmes identifiés.
Rappelons également que l’évaluation experte par les critères est un formidable outil pour identifier rapidement les « quickwins » lors d’une refonte ergonomique.

Source

 

Couverture Critères ergonomiques Bastien et Scapin

Téléchargez ici le document :

Critères Ergonomiques pour l’Evaluation d’Interfaces Utilisateur

Ergonomic  Criteria for the Evaluation of Human-Computer interfaces
(version 2.1)
J.M Christian Bastien et Dominique L. Scapin – Mai 1993

Remerciement : nous profitons de cette définition pour saluer l’excellent travail de nos confères chez Capian qui ont réalisé une très belle série d’interviews sur les évaluations expertes auprès des professionnels de l’ergonomie et de l’UX. Nous nous sommes permis de présenter ici ces vidéos, très éclairantes sur ce sujet majeur.