Aller directement au contenu

Charge de travail (2/8 Critères ergonomiques de Bastien et Scapin)

17/11/2017
0

Critère ergonomique charge de travail
Le critère ergonomique nommé « charge de travail » consiste à optimiser le nombre d’actions demandées à l’utilisateur. Il s’agit pour cela de réduire la charge perceptive ou mnésique. Deux sous-critères participent au critère Charge de Travail : Brièveté (qui inclut les critères Concision et Actions Minimales), et Densité Informationnelle.

Les bonnes questions à se poser :

  • Les activités de perception et de mémorisation sont-elles réduites au minimum ?
  • Le dialogue est-il simple ?

Pour rappel, ce critère est l’un des 8 critères ergonomiques de Bastien et Scapin dont voici la liste complète.

Liste des critères ergonomiques de Bastien et Scapin

1. Guidage
1.1. Incitation
1.2. Groupement / Distinction entre Items
1.2.1. Groupement / Distinction par la localisation
1.2.2. Groupement / Distinction par le format
1.3. Feedback Immédiat
1.4. Lisibilité

2. Charge de Travail
2.1. Brièveté
2.1.1. Concision
2.1.2. Actions Minimales
2.2. Densité Informationnelle

3. Contrôle Explicite
3.1. Actions Explicites
3.2. Contrôle Utilisateur

4. Adaptabilité
4.1. Flexibilité
4.2. Prise en compte de l’expérience de l’utilisateur

5. Gestion des Erreurs
5.1. Protection contre les Erreurs
5.2. Qualité des Messages d’Erreurs
5.3. Correction des Erreurs

6. Homogénéité / Cohérence

7. Signifiance des Codes et Dénominations

8. Compatibilité

2. Charge de travail

Définition

Le critère Charge de Travail concerne l’ensemble des éléments de l’interface qui ont un rôle dans la réduction de la charge perceptive ou mnésique des utilisateurs et dans l’augmentation de l’efficacité du dialogue.

Justification(s)

Plus la charge de travail est élevée, plus grands sont les risques d’erreurs. De même, moins l’utilisateur sera distrait par des informations non pertinentes, plus il pourra effectuer sa tâche efficacement. Par ailleurs, plus les actions requises seront courtes, plus rapides seront les interactions.

Recommandations

On regroupe des chiffres de manière à simplifier leur mémorisation ou même leur manipulation.

A titre d’exemple, il vaut mieux regrouper les chiffres suivants 0 8 0 0 2 6 8 4 7 1 (ici un format de numéro de téléphone bien connu) pour minimiser l’effort de mémorisation.

  • 08 00 26 84 71 (5 chunks de 2 items)
  • 0 800 268 471 (4 chunks de 3 items)

Voir en fin d’article les précisions sur la loi de Miller* qui explique parfaitement les raisons de ces regroupements.

2.1. Brièveté

Définition

Le critère Brièveté concerne la charge de travail au niveau perceptif et mnésique à la fois pour les éléments individuels d’entrée ou de sortie et les séquences d’entrées (i.e., les suites d’actions nécessaires à l’atteinte d’un but, à l’accomplissement d’une tâche). Il s’agit ici de limiter autant que possible le travail de lecture, d’entrée et les étapes par lesquelles doivent passer les utilisateurs.

Deux sous-critères participent au critère Brièveté, Concision et Actions Minimales.

Justification(s)

Les capacités de la mémoire à court terme sont limitées. Par conséquent, plus courtes sont les entrées, plus limités sont les risques d’erreurs. Par ailleurs, plus succincts sont les items, plus court est le temps de lecture.

Aussi, plus les actions nécessaires à l’atteinte d’un but sont nombreuses et compliquées, plus la charge de travail augmente et par conséquent plus les risques d’erreurs sont élevés.

Les bonnes questions à se poser

  • Les labels sont-ils courts ?
  • Les saisies sont-elles réduites au minimum ?
  • Le nombre d’étapes pour atteindre un but est-il minimal ?
  • Existe-t-il des raccourcis ?

Recommandations

Limiter le travail de lecture, d’entrée et les étapes par lesquelles doivent passer les utilisateurs.

Minimiser les saisies/lectures

Éviter les textes trop verbeux

Accroît le temps de lecture

Augmente les ambiguïtés potentielles

charge de travail brièveté

charge de travail brièveté

Privilégier la brièveté de l’expérience de recherche

charge de travail brièveté

Proposer de simplifier l’inscription lorsque c’est possible

charge de travail brièveté

Proposer des valeurs par défaut

charge de travail brièveté

Ne pas demander des informations qui peuvent être déduites par le logiciel (pas de calcul mental).

Lorsque l’application dispose des informations de l’utilisateur par exemple, il est bon de les rappeler pour assurer qu’il s’agit bien du bon compte que le l’on souhaite utiliser et ne surtout pas demander leur ressaisie par l’utilisateur. Tout ce qui est connu du système doit être restitué pour simplifier l’usage de l’application.

charge de travail brièveté

De même, l’application doit proposer le calcul automatique et toutes les étapes intermédiaires de telle manière que l’utilisateur n’ait que les données de base à saisir.

charge de travail brièveté

2.1.1. Concision

Définition

Le critère Concision concerne la charge de travail au niveau perceptif et mnésique pour ce qui est des éléments individuels d’entrée ou de sortie. Par convention, la Concision ne concerne pas le feedback ni les messages d’erreurs.

Justification(s)

Les capacités de la mémoire à court terme sont limitées. Par conséquent, plus courtes sont les entrées, plus limités sont les risques d’erreurs. Par ailleurs, plus succincts sont les items, plus court est le temps de lecture.

Recommandations

Objectif :
Réduire les activités de perception et de mémorisation

Pourquoi ?
Pour réduire la charge mentale et les risques d’erreurs

Comment ?
Limiter les éléments afficher au strict minimum, utiliser le « dévoilement progressif »

Exemple de dévoilement progressif (« Progressive disclosure ») destiné à e pas présenter trop de boutons à l’utilisateur

Bouton progressive disclosureExemples de recommandations

Lorsqu’une unité de mesure est associée à un champ de donnée, celle-ci doit faire partie du label du champ plutôt qu’être saisie par les utilisateurs.

charge de travail concision formulaire

Réduire la taille des liens

Créer des liens courts pour la mémorisation comme sur notre site 😊

http//www.usabilis.com/blog/

Permettre aux utilisateurs des entrées de données courtes.

Pour les données numériques, la saisie des zéros précédant les nombres ne devrait pas être nécessaire.

Pour rappel, c’est en 1956 que George Miller a mis en lumière les limitations humaines à traiter l’information.  Connue sous le nom de « loi de Miller », le nombre d’unités qu’un individu peut traiter simultanément comporte un maximum estimé à 7, plus ou moins 2. On parle du nombre magique de Miller. Bien entendu, la nature de ces unités dépend des situations (n items d’un menu de navigation, n chiffres, n syllabes, n mots, n phrases etc.), mais le maximum reste à peu près le même, quelles que soient les unités. Miller a donné le nom de chunks à ces unités.  La capacité mnésique varie d’un individu à un autre, mais il vaut mieux proposer moins de 7 items (chunks) à mémoriser.  Il y a donc une limitation de la saisie perceptive, de l’attention et de la mémoire à court terme. On l’appelle capacité limitée, ou empan. Cela correspond à ce qui est aussi traditionnellement nommé champ d’appréhension.

Un formulaire trop riche en champs de saisie ne respecte en rien le principe d’une concision indispensable ici pour achever la tâche dans un temps raisonnable.

charge de travail concision roady

Ici le texte de la bulle d’aide  est bien trop dense. Une plus grande concision serait préférable.

charge de travail concision apple
En revanche, une structuration de l’assistance à la saisie sous forme de liste avec des indicateurs de complétion du champs, est une véritable aide visuelle pour l’utilisateur.

charge de travail concision UX

Dans cet exemple, lorsqu’il est possible d’escamoter une partie des informations non indispensables (ici les détails), le principe de concision est à l’œuvre.

charge de travail concision détails

Le champs “commentaires” et les détails sont fermés par défaut.

charge de travail concision pb

Mais il est possible d’afficher ces champs selon l’usage que l’on souhaite.

charge de travail concision pb

Si le détail est très dense ici, c’est le choix de l’utilisateur de l’afficher ou non.

charge de travail concision pb

2.1.2. Actions Minimales

Définition

Le critère Actions Minimales concerne la charge de travail quant aux actions nécessaires à l’atteinte d’un but, à l’accomplissement d’une tâche. Il s’agit ici délimiter autant que possible les étapes par lesquelles doivent passer les utilisateurs.

Justification(s)

Plus les actions nécessaires à l’atteinte d’un but sont nombreuses et compliquées, plus la charge de travail augmente et par conséquent plus les risques d’erreurs sont élevés.

Recommandations

Objectif
Réduire le nombre d’actions demandées à l’utilisateur

Pourquoi ?
Pour limiter les actions de l’utilisateur et les risques d’erreurs

Comment ?
Préremplir les champs, retenir les préférences utilisateur…

Exemples de recommandations

La sauvegarde automatique sur Google document avec historique, une action en moins !

charge de travail actions minimales

charge de travail actions minimales

Autres exemples de recommandations

  • Lister les différentes actions à entreprendre et les trier par ordre d’importance
  • Minimiser le nombre d’étapes dans la sélection de menus.
  • Ne pas demander aux utilisateurs d’entrer des données qui peuvent être déduites par l’ordinateur.
  • Éviter les ponctuations pour les entrées de commandes.
  • Pour la saisie de données, afficher dans les champs appropriés, les valeurs par défaut.
  • Pour des documents contenant plusieurs pages, il devrait être possible d’atteindre une page donnée sans avoir à parcourir les pages intermédiaires une à une.

2.2. Densité informationnelle

Définition

Le critère Densité Informationnelle concerne la charge de travail du point de vue perceptif et mnésique, pour des ensembles d’éléments et non pour des items.

Justification(s)

Dans la plupart des tâches, la performance des utilisateurs est influencée négativement quand la charge informationnelle est trop élevée ou trop faible. La probabilité d’erreur augmente. Il faut donc supprimer les éléments sans lien avec le contenu de la tâche en cours.

Il faut aussi éviter d’imposer à l’utilisateur la mémorisation de longues et nombreuses informations ou procédures (la mémoire à court terme est limitée), ou toute activité nécessitant de sa part la mise en œuvre d’activités cognitives complexes lorsque la tâche ne le requiert pas.

Exemples de recommandations

Limiter la densité informationnelle de l’écran, en affichant seulement les informations nécessaires.

Trop grande densité informationnelle

densité informationnelle
Densité informationnelle : l’essentiel à l’écran pour un impact émotionnel maximal

charge de travail densité informationnelle apple

Densité informationnelle : éviter de surcharger les écrans de fonctionnalités

 

charge de travail densite informationnelle FileMatrix

 

Densité informationnelle : éviter de surcharger les commandes

charge de travail densite informationnelle Micro-onde

charge de travail densite informationnelle Télécommande

 

 

Densité informationnelle : éviter de surcharger un email présentant une offre

charge de travail densite informationnelle Bouygue 01

 

En revanche, simplifier la lisibilité de l’offre et mettre en avant le bouton d’incitation

charge de travail densite informationnelle Bouygues 02

  • L’information ne doit pas nécessiter des traductions d’unités.
  • Utiliser le minimum de quantificateurs, notamment dans les langages de requêtes.
  • Éviter à l’utilisateur d’avoir à se rappeler des données d’une page écran à une autre.
  • Les données qui peuvent être calculées à partir de celles saisies par l’utilisateur doivent l’être automatiquement. On ne doit pas exiger de l’opérateur d’effectuer des calculs qui peuvent être faits automatiquement.

 

Voir le critère ergonomique N°1 : Le guidage

Voir la présentation des 8 critères ergonomiques de Bastien et Scapin